La neuroplasticité du cerveau 

Comme vous le savez que nous n’utilisons qu’une infime partie de notre cerveau.

Nous fonctionnons par habitude, nous avons des programmes tout faits. Soit nous avons été programmés, soit que nous nous sommes nous-mêmes programmés.

Les recherches sur les pouvoirs de notre cerveau sont nombreuses !

La bonne nouvelle dans toutes ces recherches, c’est qu’il est prouvé aujourd’hui que nous avons cette faculté de pouvoir  créer de nouvelles connexions neuronales nous permettant de créer de nouvelles habitudes, de nouveaux comportements.

Prenons le simple exemple suivant :

Admettions que vous veniez de déménager.

Dans votre ancien appartement, vous aviez pris l’habitude de trouver l’interrupteur du salon sur votre droite. Même dans le noir, vous pouviez le trouver.

Dans votre nouvel appartement, l’interrupteur du salon se trouve à gauche. Durant les premières semaines, votre réflexe est d’aller tendre la main vers la droite et de chercher l’interrupteur.

Vous devez faire « l’effort » de réfléchir et de vous dire « maintenant c’est de l’autre côté ».

Votre cerveau va alors créer une autre connexion pour ce geste afin que vous ne réfléchissiez plus et que vous trouviez sans y prêtez attention, l’interrupteur qui à présent se trouve à gauche. Le temps que vous preniez cette nouvelle habitude, quelques semaines se seront écoulées. Vous avez entraîné votre cerveau a créer une nouvelle connexion.  Changer une habitude demande environ 30 jours.

Si on prend l’exemple de l’interrupteur, on voit qu’il est possible de changer d’habitude, et que vous pouvez le faire !

Dans cet exemple, vous  y êtes parvenu  parce que vous avez été obligé de vous adpater, de changer votre habitude ! Sinon vous allez vivre dans le noir !

Si vous avez su entraîner votre cerveau a créé une nouvelle connexion pour l’interrupteur, il peut le faire pour autre chose, avec votre volonté, mais pas seulement !

Le problème c’est que lorsque rien ne nous oblige à changer, il est souvent plus confortable de rester dans nos bonnes habitudes douillettes.

L’être humain est ainsi fait, l’effort n’est pas son fort !

A force de répétition, un geste ou une idée va créer des connexions neuronales dans notre cerveau. Plus ce geste ou cette habitude sont répétés, plus les connexions se fortifient.

Nous avons vu l’exemple pour le geste.

Voyons un exemple pour les pensées, les croyances.

Nous avons tous durant notre enfance reçu certains messages : ici je voudrais vous parler de ce qu’on appelle les « messages contraignants  » qui sont au nombre de cinq :

« Sois fort(e) », Sois gentil(le), Soit parfait(e), Fais plaisir, Fais des effort(s)

Un message comme  « soit gentil(le) » – très souvent entendue chez les filles – vous a peut-être été répété des centaines de fois durant votre jeunesse.

A force cette injonction est devenue prédominante. Cela est également devenu une croyance, une pensée et influence directement votre façon d’agir et de penser.

Pour que votre comportement change, il faut donc passer par la case, pensée/croyance, en déprogrammant ce qui ne vous convient pas et en réinstallant un nouveau programme.

Aujourd’hui on a la preuve que quasiment n’importe quelle zone du cerveau est modelable, au prix d’efforts répétés mais accessibles.

C’est cela qu’on appelle la neuroplasticité du cerveau.

Comment faire pour changer une habitude ?

à suivre..