Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ?

Bonheur - Etre heureux - recherche de sens - C'est quoi le bonheur

Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ?

 

Pas une personne sur cette planète n’a exactement la même vision du BONHEUR.

Amusez-vous à interroger votre entourage,  vos amis, votre famille, vos voisins, et chacun aura une poésie différente pour parler du BONHEUR.

Pour autant il y a bien un « tronc commun » nécessaire pour toucher réellement au bonheur !

Dans cette colonne vertébrale du bonheur on peut  citer « la satisfaction des besoins de base : se nourrir, respirer,  avoir un revenu financier minimum, un toit sur la tête, être en bonne santé. Puis viennent, le besoin de reconnaissance, les relations humaines ».

Dès lors que ces besoins de base sont satisfaits, nous pouvons nous activer à faire croître notre niveau de bonheur.

 

« J’ai choisi d’être heureux

car c’est bon pour la santé » Voltaire

 

Voltaire est écrivain et philosophe. Dans son œuvre littéraire se concentre toute sa fantaisie et son bonheur de l’écriture. C’est un intellectuel engagé au service de la vérité et de la justice. Voltaire aime les plaisirs de la table, et de la conversation,  il est passionné par le théâtre.

Si Voltaire était parmi nous aujourd’hui, serait-il encore plus heureux ? Voiture, téléphone, portable, écran plat, vacances à la neige, ….

Personne ne saurait le dire, mais il avait réuni suffisamment d’éléments du puzzle, et atteint un certain seuil de satisfaction pour pouvoir faire une telle déclaration.

Il vivait de ses passions, l’écriture, la philosophie et le théâtre, En s’engageant à défendre les victimes de l’intolérance religieuse , il se mit au service d’une cause. C’était  un homme du monde (il avait un très  grand « réseau »  et beaucoup d’amis!) c’était un épicurien, il aimait les plaisirs de la table et de la vie.

Alors Voltaire avait-il la bonne recette ?

Faire un métier qui nous passionne, avoir de vrais amis, donner et recevoir de l’amour, faire preuve de gratitude, contribuer ou s’engager à aider son prochain,  déguster les délices de la vie, voilà tout au moins ce qui donne du sens à la Vie et qui contribue à l’édifice du bonheur.

Et cette recherche du bonheur est universelle !

Venez ! je vous emmène faire un petit tour chez nos voisins !

Nous sommes  7 073 619 015 d’habitants pour 196 pays dans le monde.

et tout ce monde est à la recherche du bonheur !

Alors qu’en pensent-ils ? ont-ils une recette magique ?

Ce qui suit est tiré du livre HAPPINESS, LE GRAND LIVRE DU BONHEUR :

——-Happiness——

Autriche :

  •  Laissez de côté les mauvaises formes, « addictives », du bonheur et optez pour les bonne formes, durables.
  •  Votre bonheur augmentera si vous prenez en compte les trois conditions fondamentales : pleine forme, proches, plaisir.
  •  Le bonheur s’apprend. Commençons donc tout de suite par un bon apprentissage.

Etats-Unis :

  •  Privilégiez la qualité des relations au succès.
  • Déployez vos talents, maitrisez votre temps.
  • Souriez. Faites de l’exercice et dormez suffisamment
  • Faites le bien aux autres, cultivez votre spiritualité et tenez un journal de gratitude.

République Tchèque :

  • Plus nous sommes matérialistes, moins notre vie nous satisfait.
  •  Des valeurs comme l’autonomie et les relations amoureuses ou interpersonnelles doivent primer si nous voulons assurer un développement heureux de notre personnalité.
  • Fixons-nous des objectifs et des priorités dans la vie qui ne soient pas contradictoires, afin de trouver un équilibre psychique satisfaisant.

Egypte :

  •  Apprenez à aimer, à goûter et à apprécier la vie, toute en essayant ce qu’il y a de mieux pour vous-même et pour les autres.
  • L’appartenance et l’engagement religieux ont un effet bénéfique sur le bien-être personnel, le bonheur, l’estime de soi et la capacité d’adaptation.
  • Les convictions religieuses (mais non l’extrémisme religieux) sont une puissante force de motivation et favorisent la santé physique et mentale.

Malaisie :

  • Le bonheur se caractérise par le contentement et la paix avec soi et le monde.
  • Pour être content et heureux, il faut maintenir un équilibre entre le corps et l’âme.
  • Le besoin de bonheur est universel, mais la recherche et l’expression de cette réalité peuvent être liées à la culture.

Danemark :

  • Croyez fortement en vous-même et accordez une grande confiance à vos semblables.
  • Prenez votre vie en main, soyez responsable et comprenez bien que vous pouvez changer la donne.
  • N’hésitez pas à manger une glace. Ne faites pas toujours ce qu’on attend de vous. Profitez de la vie tant que vous le pouvez.

Italie :

  • L’obtention d’un gain personnel n’a pas d’incidente sur notre bonheur
  • Les gens heureux ne sont pas plus généreux. Les gens plus généreux sont plus heureux.
  • Se préoccuper du bien-être des autres, même au détriment de son propre avantage matériel, peut rendre plus heureux que ne penser qu’à soi

Afrique du Sud :

  • Permettez-vous de sentir, d’écouter, de goûter, de humer et de profiter des joies de la vie.
  • Appréciez-vous comme vous êtes, ayez confiance dans vos talents et cherchez à comprendre.
  • Acceptez l’aide de toute personne autour de vous ; cherchez cette aide activement et apportez également votre soutien aux autres.

Mexique : 

  • Ne pensez-pas à ce que l’argent peut vous permettre d’acquérir pour vous-même.
  • Considérez l’importance relative de chaque domaine de votre vie et souvenez-vous que rien n’est permanent.
  • Sentez-vous capable de faire ce que vous voulez faire. Le bonheur ne vient pas de l’extérieur, mais de l’intérieur.

—–Fin——

On peut difficilement être heureux tout seul

Christopher Peterson, fondateur de la psychologie positive, pense que notre bonheur dépend des autres. Qu’on peut difficilement être heureux tout seul.

Bien sûr  la solitude a parfois du bon, ne serait-ce que pour pouvoir nous ressourcer, mettre notre tête au repos. Mais, selon C. Peterson, la base d’une vie heureuse serait nos liens sociaux.

Cela va s’en dire que les autres sont notre nourriture.

Nos parents, nos éducateurs ont contribué à notre développement, nos frères et sœurs, nos amis, nos collègues, nos clients, nos voisins, ceux qu’on appelle « les autres », conditionnent notre niveau de bonheur , et l’inverse est tout aussi vrai, nous contribuons au leur.

Faisant partie d’une communauté, nous nous devons d’adopter le meilleur  comportement qui soit pour que nos relations soient selon les cas,  empathiques, harmonieuses, joyeuses, cordiales, sincères, courtoises, polies, constructives,  complices…

Calme et paix à l’intérieur

Il va s’en dire que  pour donner le meilleur de nous-mêmes  aux autres, contribuer et construire  de belles relations avec le monde,  nous devons avoir construit une solide et saine relation avec nous-même.

Nous devons être en harmonie à l’intérieur de nous, ressentir la paix et l’amour, nous aimer.

Nous ne pouvons donner que ce que nous possédons.

Le bonheur est autant à l’intérieur qu’à l’extérieur de nous !

 

Je vous souhaite tout le bonheur du Monde !

On parie que vous élevez votre niveau de bonheur en 5 minutes ?

Jouez le jeu ! Cliquez, chantez, dansez ! et regardez bien la 2ème vidéo ..

Chanter, bouger, danser, élève notre taux d’endorphine, de dopamine et de sérotonine … tout plein de petites hormones du bonheur ! faites le plein !

Bien chaleureusement,

Sylvie

 

 

 

Cet article comporte 4 commentaires

  1. Corine

    Bonjour Sylvie,

    Merci pour vos articles , je n’ai pas trouve de liens pour partager sur les réseaux sociaux , dommage .

    Bon week-end

    1. Sylvie

      Bonjour Corine,
      merci de votre remarque, vous avez complètement raison !
      j’ai encore du travail sur ce blog … je m’y attèle !

      Plein de belles choses pour vous 🙂
      Passez une belle journée
      Sylvie

  2. Madeleine Le Jeune

    Fascinant et si plein d’espoir en notre unité.
    Merci.

    1. Sylvie

      Merci beaucoup Madeleine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *