Monteriez-vous dans l’avion si tous les voyants étaient au rouge ?

 

téléchargement

Bonjour à tous !

Je suis bien certaine que pas un des destinataires de ce mail, ne ferait une chose pareille !

Monter dans un avion avec l’assurance d’être inévitablement fracassé, ou réduit en bouillie,  relèverait du suicide !

De ça vous en êtes bien certain !

Jamais de la vie vous ne risqueriez volontairement de vous faire mal,

de mettre votre vie en danger,

d’offrir vote corps et votre âme à un doux-dingue de pilote,

Vous ne prendriez pas le risque d’être estropié à vie,

De perdre des années de bonheur,

De faire souffrir vos proches en disparaissant dans le triangle des Bermudes !

Non, bien sûr car vous êtes lucide, intelligent(e), raisonné(e) et raisonnable, conscient (e) du bien et du mal, rationnel (elle), cartésien (e), intuitif (ve) ….

Bref,   si les voyants de l’avion étaient rouges, vous ne mettriez pas un pied dans la carlingue !

Jamais au grand jamais !

Ah et bien, me voilà totalement  rassurée sur votre esprit d’analyse !

Enfin presque …..

Presque, parce que :

  • N’avez-vous jamais mis les pieds dans une situation que vous aviez identifiée comme potentiellement dangereuse ?
  • N’avez-vous pas déjà entamé une relation ( que vous avez définie de toxique quelque temps plus tard)  alors même que tous vos signaux internes étaient en mode alerte rouge ?
  • N’avez-vous pas pris des engagements que vous sentiez qu’ils vous dépasseraient ?

Des signaux rouges, vous en avez déjà vus, vous les avez déjà ressentis à l’intérieur de votre corps, votre âme a déjà tiré la sonnette d’alarme, mais puisque vous ne risquiez pas  REELLEMENT votre vie, vous avez mis l’alarme sur OFF ! n’est-ce pas ?

Seulement quand on se brûle les ailes, on essaie par la suite – c’est plus raisonnable  quand même – d’en tirer des leçons, d’analyser nos erreurs, et très souvent on s’entend dire des choses comme :

  • « ah, mais je ne le sentais pas »
  • « je sentais bien qu’il y avait  un truc de pas net »
  • «  je m’en doutais »
  • « la 1ère fois que je l’ai vu, j’ai ressenti un malaise, quelque chose que je ne peux pas expliquer »
  • Ou carrèment « je le savais » !

Le problème, c’est que nous partons en courant, seulement quand notre vie est en jeu !

Lorsque nous risquons vraiment d’y laisser notre peau, c’est-à-dire, de mourir, les signaux  lumineux et sonores de notre amygdale limbique sont à ce point insupportables que nous déclenchons notre système de survie : nous prenons la fuite !

Nous réintégrons alors notre peau de bête, et sautons dans les baskets de nos ancêtres.

Malheureusement, face à des situations « moins dangereuses », des situations-pièges , des propositions malhonnêtes, un bling-bling qui cache les vices, ou des individus toxiques,  le danger n’est pas aussi net !

Généralement nous ne sommes pas suffisamment menacés pour que notre système de fuite se mette en branle et nous protège malgré nous.

Bien sûr, nous avons quelques signaux qui nous mettent la puce à l’oreille, mais sauveur ou joueur, inconscient ou tout simplement sûr de nous, vaillant chevalier, ou princesse au cœur tout mou,  nous allons nous fracasser le nez, la tête, le portefeuille, le cœur dans des situations qui étaient  courues d’avance, voués à l’échec, voire au cauchemar !

 

C’est  « quelques signaux » sont votre GPS interne, reliés à votre intuition, aux messages de votre Ame, votre âme qui commande le tableau de bord des voyants !

Alors si vous avez le moindre doute, la moindre alerte, le moindre malaise, un sentiment de contrariété, un mal être inexpliqué, prenez le temps de savoir ce que cela veut vous dire !

Vous ne pouvez pas avoir ces signaux d’alerte sans raison !

Tout ceci veut vous dire quelque chose, le message peut-être parfois un peu codé, ou parfois très clair.

Il y a une réponse là-dedans, il y a votre responsabilité, c’est-à-dire , votre habilité à répondre.

Soit le danger existe réellement, soit cela ressemble a du « déjà vécu », et c’est le branle bas le combat à l’intérieur de vous.

Prenez-votre temps, il est d’urgent de réfléchir !

Au moindre doute, posez-vous cette question :

« Dans cet avion, il y a des voyants qui sont au rouge, est-ce que je prends le risque de monter à bord ? »

Et si vous montez quand même dans l’avion, assurez-vous que vous avez double-parachute…

On ne sait jamais !

 

Belle semaine,

Sylvie

LIGER-TABARY, Nouvelle Perspective

© copyright : si vous souhaitez partager cet article, je vous remercie de penser à y joindre ma signature complète.

 
 
 

Cet article comporte 1 commentaire

  1. Charcot.M

    Bien vu! J’ai tous les voyants au rouge pour moi et pourtant, je suis de nature optimiste. je crois que je suis tombé sur une chanpionne du monde en manipulation et ascenseur émotionnel. Son mari est alcoolique à un stade avancé, tu m’étonnes …
    La raison voudrait que je la laisse tomber, ca fait 5 ans que je galère à essayer de lui être agréable. Je sais que c’est peine perdue et que je suis quand même monté dans la carlingue avec un parachute troué! On est con parfois quand même!

    Charcot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *