La pesée de l’âme

 

la pesée de l'âme

La pesée de l’âme

La pesée de l’âme.

 

Dans la mythologie égyptienne, quand quelqu’un mourrait, Osiris, Dieu Egyptien, procédait à « la pesée de l’âme » de la personne défunte.

D’un côté de la balance, il mettait le coeur de la personne et de l’autre la plume de Maât.

Maât, est dans la mythologie égyptienne, la déesse de l’ordre, de l’équilibre du monde, de l’équité, de la paix, de la vérité et de la justice.

A une époque plus tardive, « maât » signifie également la vérité ou la connaissance de soi.

Dans la pesée de l’âme, Maât, aussi légère qu’une plume, est le contrepoids du cœur qui doit être aussi léger qu’elle, pour que l’âme du défunt, puisse accéder au monde des bienheureux.

Pour faire le poids..

 Votre âme et votre cœur  font-ils toujours le contrepoids avec la plume de Maât ?

Avez-vous établi votre code d’honneur ?

Vos actions, vos pensées, vos paroles sont-elles en adéquation avec votre code d’honneur ?

Quels ressentiments, quelles amertumes nourrissons-vous ?

Etes-vous l’auteur de petites actions pas très glorieuses ?

Et que ressentez-vous après coup ? de la légèreté ?

Il est intéressant d’évaluer notre ratio entre nos gestes pas très nobles et nos actions généreuses, chaleureuses, aimables et aimantes.

Pour ne pas laisser  s’alourdir votre cœur et votre âme, inscrivez ces préceptes dans votre code d’honneur :

  • J’ai le courage de dire sincèrement les choses.
  • Je ne me laisse pas aller au ressentiment.
  • Je ne cultive ni la colère, ni la vengeance.
  • Je ne juge pas, je ne critique pas, je ne jalouse pas, je ne me compare pas.

Les 4 accords toltèques  y trouvent également leur place :

  • Que votre parole soit impeccable.
  • Quoi qu’il arrive n’en faites pas une affaire personnelle
  • Ne faites pas de suppositions.
  • Faites toujours de votre mieux.

 

 Aussi léger qu’une plume !

 

N’avez-vous pas remarqué, que lorsque vous trouvez le courage de vous excuser d’avoir été mesquin, maladroit, ou grossier,  vous avez le cœur plus léger ?

Ne trouvez-vous pas cela libérant ?

Ne vous sentez-vous pas plus heureux, et l’âme plus légère lorsque vous respectez votre code d’honneur ?

Bien sûr, personne ne viendra peser votre âme, mais nous vivons avec à chaque jour, et elle sait nous rappeler  nos écarts, nos erreurs, nos mesquineries, en nous faisant nous sentir mal, lourds, et nuls quand nous déraillons !

Et rappelez-vous que les âmes semblables se recherchent et s’attirent..

 

Sylvie pour Nouvelle Perspective.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *