La grenouille qui ne savait pas qu’elle était cuite

la grenouille qui ne savait pas qu'elle était cuite

la grenouille qui ne savait pas qu’elle était cuite

Pour ne pas cuire comme la grenouille

 

La première fois que j’ai entendu parlé de cette grenouille, c’était lors de ma séance découverte chez une psy !

Cette dame sérieuse derrière ses lunettes m’avait comparée à la deuxième grenouille de l’histoire que je vais vous raconter !

Un peu perplexe et vexée d’avoir été comparée à un batracien, je méditais tout de même sur cette métaphore.

Ce jour-là, je n’avais pas compris ce que cette psy venait de me dire…… j’avais tout bonnement évité la cuisson !

Imaginez donc une marmite peu profonde remplie d’eau froide, dans laquelle nage tranquillement une grenouille. La marmite est sur un bon feu, et l’eau se met à chauffer doucement, l’eau devient tiède, et la grenouille se trouve à barboter comme dans un bon bain relaxant.

La température commence à monter, ce qui engourdit agréablement notre grenouille, un peu comme nous lorsque l’eau de notre bain est trop chaude, on aurait envie de s’assoupir.

Maintenant, notre grenouille commence à trouver que l’eau devient bien trop chaude pour elle, mais elle s’est tellement ramollie, qu’elle choisie de supporter encore, essaye de s’adapter, laisse le temps passer et ne fait rien.

La température monte progressivement, sans changement radical, et notre grenouille finit par cuire et mourir sans jamais s’être sortie de la marmite.

Maintenant, une autre grenouille bien vivante est plongée directement dans marmite d’une eau à 50° ; notre deuxième grenouille a senti le danger et d’un coup de patte, se sauve et ressort de la marmite !

 

Voici ce que nous enseigne cette histoire :

Parfois, nous vivons des situations qui se dégradent si lentement que cela échappe à notre conscience.

Comme notre première grenouille nous pouvons laisser le temps passer, sans réaction, sans opposition, sans révolte.

Ce processus insidieux du petit à petit peut-être observable dans nombreux domaines de notre vie.

Ainsi, par exemple,  nous pouvons mal nous alimenter durant des années, avaler une alimentation dévitalisée, industrielle, trop grasse, et petit à petit accumuler des kilos de trop, faire monter notre taux de cholestérol ou déclencher je ne sais quel symptôme.

Voici comment certaines maladies se mettent en place lentement au fil des années !

Notre embonpoint, notre manque de vitalité qui se sont installés au fil du temps finissent par nous ramollir comme la grenouille.

Nous ne réagissons  pas à cet insensible affaiblissement de notre santé, laissant la porte ouverte à de plus lourdes ou plus graves conséquences. Aussi, sommes-nous déjà quasi-cuits à ce stade!

Le même constat peut-être posé dans la vie professionnelle, relationnelle, dans nos vies de couple, dans l’environnement..

Dans un couple par exemple, l’engourdissement de l’habitude peut masquer une dégradation progressive.

Vous n’entendrez personne dire : « notre couple a commencé à capoter le 30 mars à 9h ».

C’est doucement et sournoisement que la magie disparaît, faute d’être entretenue.

Alors les concessions font place à la spontanéité, les colères étouffées sans être traitées s’accumulent comme autant de déchets toxiques dans nos coeurs.

On oublie de se parler, de se regarder, de s’aimer… , la relation se délite… La cuisson est bientôt terminée !

La grenouille nous parle des changements imperceptibles, de l’érosion, rien de visible dans le quotidien, nous ne prenons pas conscience du phénomène.

La non-perception du changement progressif – (qui engendre l’absence de réaction adaptée) est aussi valable dans le négatif que dans le positif.

Prenez le cas du travail spirituel par exemple, c’est un long chemin qui peut en décourager plus d’un, parce que les changements sont tellement infimes ou quasi inexistants au début, que nous n’avons pas conscience de notre métamorphose.

 

Voyez comme il est compliqué de changer une habitude ! l’effort que cela demande de persévérance avant de constater un changement ! bien des gens abandonnent et reprennent leur veille habitude car les résultats sont trop longs à apparaître ! Mais le changement est pourtant en route.

Nous touchons ici l’inconscience du changement, qu’il soit positif ou négatif : le remède premier serait donc : LA CONSCIENCE, la conscience et encore la conscience.

Si l’idée d’être transformé en homme-grenouille ne vous plaît guère, activez  quotidiennement votre conscience, faites régulièrement «des pauses de pleine conscience »

Et si l’eau est trop chaude, sautez vite de la marmite !

 

Sylvie LIGER TABARY – Nouvelle Perpective – L’Energie et le Bonheur de s’accomplir

© copyright : si vous souhaitez partager cet article, je vous remercie de penser à y joindre ma signature complète.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *