Ce que Cendrillon ne nous a pas dit…

NOUVELLE PERSPECTIVE

_______________________________________

Ce que Cendrillon ne nous a pas dit…..

Les Femmes et leur Valeur Personnelle

Réussir….

C’est parce que je rencontre tous les jours des personnes peu sûres d’elles, qu’au risque de répéter des choses mille et une fois dites et écrites, je répète encore haut et fort que pour réussir, l’ingrédient indispensable  est la confiance en soi.

La confiance en soi passe par la valeur que vous vous ACCORDEZ dans votre identité de femme et de chef d’entreprise, elle teinte toutes vos actions, vos décisions, et influence, par ricochets, la valeur que vous donnez à vos produits, prestations ou projets. Tout un cheminement que je vous invite à décoder ci-dessous.

 

Bonne lecture …

 

Renforcez votre valeur personnelle

« Nous naissons toutes dignes. Dignes d’être aimées, dignes de réussir » Jamie Lee Curtis- actrice- auteur – Californie

 Nous possédons toutes des talents, des qualités, des compétences et des aptitudes !

Mais pour quelles raisons, avons-nous coutume des les ignorer ?

Ignorer qui nous sommes, ce que nous savons faire, ignorer nos besoins et nos ambitions relève du pire auto-sabotage.

Que dire de tout ce temps perdu à vivre dans un tel déni ? Et pour combien de temps encore ?

Si vous vous attendez à recevoir du monde extérieur un diplôme portant la mention : « je certifie valide et réelle la Valeur de Madame X.  J’autorise, à compter de ce jour, Madame X, à faire, être et dire ce qu’elle attend de faire, être et dire depuis X années »  …

… Et bien, vous le savez, vous pouvez attendre jusqu’à votre dernier soupir.

La seule personne compétente à pouvoir valider votre Valeur : c’est vous ! Et c’est une fois que vous l’aurez fait que les autres pourront faire de même !

Mais qu’est-ce exactement la Valeur Personnelle ?

Nous faisons souvent l’amalgame, entre valeur personnelle, estime de soi, confiance en soi, et un état est la cause ou la conséquence de l’état suivant ou précédent, tous s’imbriquent les uns aux autres…

Décodage …

Définition du mot valeur : « ce en en quoi une personne est digne d’estime » et « caractère de ce qui est important »

 Synonyme du mot valeur importance, estimation, évaluation, mérite, calibre, carrure, envergure, étoffe, qualité, validité, aptitude.

La Valeur Personnelle inclut les critères suivants :

–       L’estime de soi : c’est à dire, l’ego, l’image que nous avons de nous même, ce jugement ou cette évaluation que nous avons de nous même en rapport avec nos propres valeurs. C’est l’orientation positive ou négative envers soi-même, une évaluation globale de sa valeur.

–       La confiance en soi : bien que reliée à l’estime de soi, est en rapport avec nos capacités plus qu’avec nos valeurs.

–       La réalisation de soi : c’est l’épanouissement de notre personnalité et de notre plein potentiel.  Nos talents, nos capacités, nos habiletés sont exploités à leur juste mesure.

–       Le concept de soi : « qui suis-je » ? à la naissance nous n’avons aucun sens de nous-même, de notre soi. Notre moi se construit au contact d’environnements, d’évènements, d’expériences, de personnes. A travers ce parcours nous intégrons des croyances sur ce que nous sommes, sur « qui je suis ».

–       L’image de soi : l’image de soi est le produit de la façon dont nous croyons que les autres nous voient.

–       Le sentiment d’efficacité personnelle : Vous êtes efficace parce que vous vous sentez capable de l’être. Vous avez cette (excellente) croyance que vous avez la capacité à attendre vos buts, ou à faire face à une situation. Cette croyance influence et dirige vos actions.

–       La résilience : c’est notre capacité à nous adapter à un environnement changeant, en psychologie, c’est le pouvoir de revenir d’un état de stress post-traumatique

–       Les facteurs qui influent sur notre état émotionnel et physiologique : par exemple lorsque nous sommes en proie à un stress puissant, notre capacité d’analyse et de réaction  peuvent en être affectés. Nous pourrions nous sentir plus vulnérables et avoir un sentiment d’impuissance.  Notre état émotionnel influencera notre jugement d’efficacité personnelle (ex : je suis bon à rien)

Comment se construit notre valeur personnelle ?

Et bien à travers notre éducation, notre environnement, nos expériences, les enseignements reçus, les croyances, les interdits,  les habitudes et les rituels culturels, l’appartenance à un groupe, et les messages de notre société. Tous ces éléments ont  façonné jour après jour les contours notre image interne. Et à agir et penser selon tous ces critères.

Quels messages avons-nous reçus ?

Je ne rentrerai pas dans les détails de tous les messages que nous avons pu recevoir et intégrer inconsciemment depuis notre naissance.

Mais très rapidement, ces messages nous viennent de très, très, très loin !

Notre amygdale limbique, située à l’arrière de notre cerveau,  siège de la mémoire de l’humanité et de nos émotions, détient en grande partie des secrets de nos comportements.  En analysant même sommairement les comportements qu’avaient nos ancêtres homo-sapiens, force est de constater que les hommes partaient à la chasse, défendaient leur territoire, pendant que Madame Cro-Magnon s’affairait dans la grotte, à l’abri avec ses petits. C’est un peu effrayant de voir que ce modèle à traverser des milliers d’années sans prendre une ride, ou presque !  – plus qu’un message… les rôles ont été définis il y a plusieurs milliers d’années…nous en sommes « imprégnés ».

Si nous zoomons à présent sur la différence d’éducation entre les petites filles et les petits garçons, nous pouvons noter que :

Les garçons grandissent en recevant des messages qui les incitent à penser et à croire qu’ils sont forts, intelligents, battants, sûrs d’eux, rusés, qu’ils sont fait pour réussir, que rien ne doit les arrêter, que c’est un jeu de négocier pour gagner, que leur place est celle d’un chef, du leader, qu’ils sont faits pour avoir des responsabilités familiales et par conséquences  d’assurer gîte, nourriture, et protection aux plus faibles… et dans les plus faibles… notez les femmes et les enfants.

Les petites filles, elles, ont reçu des messages très temporisés, de douceur, de réconfort, d’humilité, de sagesse ; une petite fille est gentille, attentionnée aux autres, obéissante, conciliante, patiente, si elle est brillante intellectuellement elle se doit d’être humble, elle est physiquement plus faible, donc elle attend inconsciemment une protection….

Cette protection du plus faible joue un rôle dans l’élaboration des hiérarchies.

Comment un « faible » pourrait être leader ???  Vous comprenez ??

Ce que Cendrillon ne nous a pas dit …

 Avez-vous déjà entendu parler du « complexe de Cendrillon » ?

Une théorie décrite par Colette Dowling (dans son livre portant le même nom, paru en 1981) suggère que les femmes ont, en fait, peur d’être indépendantes et désirent inconsciemment être prises en charge.

Selon Colette Dowling, cette psychologue américaine qui s’est amusée à aller « décortiquer » notre Cendrillon, les femmes ont secrètement peur de leur indépendance. Elles n’ont pas été préparées à la liberté mais tout au contraire elles ont été préparées à la dépendance.

Colette Dowling dit : « On nous a préparées par notre éducation à dépendre d’un homme et à nous sentir nues et terrifiées si nous en sommes dépourvues ». Et elle ajoute : « Les femmes ont toujours la possibilité de tout laisser tomber et de se mettre sous la protection d’un homme ».

Dans le même esprit la psychologue Judith Bardwick déclare : « Nous avons découvert que la passivité, la dépendance et surtout le manque d’estime de soi sont les variables qui différencient les femmes des hommes et qui reviennent en permanence ».

On constate bien souvent chez les femmes, nous dit Colette Dowling, l’effondrement surprenant des ambitions personnelles dés lors qu’elles commencent à partager leur existence avec un homme. Elles répondent alors, selon Colette Dowling, au besoin profond d’être prises en charge, attendant qu’un élément extérieur ( l’homme de leur vie) vienne transformer leur vie.

C’est cela le Complexe de Cendrillon.

Il est fort à parier que ces mémoires ancestrales sont inscrites dans nos mémoires de femmes et qu’inconsciemment nous ne mettions pas en place TOUT ce qu’il faut pour réussir totalement.

Combien de femmes mariées montent « leur petit business » en ayant la sécurité financière de leur mari, et en disant qu’elles « ne risquent rien » ? !!

Le risque est en effet de ne pas tout mettre en place pour arriver à faire de leur business un business vraiment rentable, de vivoter, et du même coup de blesser un peu plus l’estime d’elle-même, et plus tard de regretter.

Seulement voilà ……Lorsque la femme réussit dans ses entreprises, elle l’attribue à la facilité, la chance, mais rarement à ses capacités. Par contre, si elle échoue, c’est de sa faute.

Quand les hommes réussissent dans leurs entreprises, ils s’attribuent leur victoire et mettent les échecs sur le dos de quelqu’un ou de quelque chose d’extérieur.

Voici en tous les cas, la première étape : une belle prise de conscience que le phénomène du complexe de Cendrillon existe bel et bien !

Vous devez résistez à ce désir, si vous voulez réussir !

 

Cendrillon n’est pas la seule fautive !

La première chose à faire pour renouer avec votre valeur :

Connaissez-vous la personne avec qui vous passez le plus de temps ?….. ???

Et bien avec vous-mêmes !! 24 heures sur 24, vous vous tenez compagnie, vous êtes tour à tour votre amie, votre confidente, votre persécutrice, votre conseillère … vous entretenez une conversation constante avec vos instances !

Avez-vous noté la façon dont vous parlez aux autres ? En générale vous vous adressez aux individus qui vous entourent, avec politesse, gentillesse, déférence, humour, attention …

Prenez-vous le même soin à choisir les  mots que vous vous adressez ? Je suis bien certaine que non !

Vous avez la critique facile envers vous-même !

Auriez-vous parfois, ou même souvent, ces petites phrases assassines dans votre tête, qui vous disent :

« Je ne vais pas y arriver » « je n’ose pas me vendre » « je ne sais pas me présenter en public » « cette personne a beaucoup plus de charisme que moi, c’est pour cela qu’elle réussit » « elle, elle réussit tout » « de toute façon je sais que je vais me planter » etc.….

 Le cas d’Agnès :

J’ai rencontré tout récemment Agnès, une belle, joyeuse et intelligente jeune femme, ingénieur, totalement déconnectée de sa valeur personnelle.

La croyance de manquer de confiance en soi va freiner de nombreuses actions de la vie quotidienne. Le doute puis la peur de soi s’installent progressivement et enferment le sujet dans une spirale de croyances négatives qui peuvent même devenir des pensées automatiques du genre : « je ne sais pas, ce n’est pas pour moi, je ne suis pas capable ».

La semaine dernière, j’ai reçue Agnès, elle est arrivée en pleurs, à bout : « je n’ai pas confiance en moi » « je suis nulle » « tout ce que je fais est nul par rapport aux autres » « je me trouve nulle en tant que Maman, mes copines font beaucoup mieux que moi » « lorsque j’anime une présentation dans mon job, je me trouve inintéressante » !

Agnès, a 35 ans, elle est ingénieure, maman de 2 enfants, jolie comme un cœur, pétillante, mais totalement perdue et fatiguée d’être dans cet état de manque de confiance !

Nous avons fait l’état des lieux ! et comme elle dit « tout va très bien » vu de l’extérieur, boulot, couple, amis, vacances, enfants, santé … tout est OK !

Mais à l’intérieur c’est le chaos, le conflit permanent, inexplicable « puisque tout va  bien »,  qui la mine et fini par lui porter préjudice !

J’écoute attentivement Agnès ; « elle se trouve nulle par rapport à.. »

Agnès est dans le jugement permanent de ses actions en fonction de ce que font les autres.

Le jugement est un des schémas de pensée négative les plus courants.

Il se produit sous 3 formes principales :

–       le jugement sur nous-mêmes,

–       le jugement sur les autres,

–       le jugement sur les expériences.

 

Chacune de ces formes constitue un empoisonnement de l’énergie que nous projetons.

L’autocritique régulière diffuse des signaux d’estime de soi très basse, une fréquence qui nous garantit le rejet de la part du monde extérieur.

Juger nos expériences par rapport à ce que font les autres, revient à nous priver de joie.

J’explique à Agnès, que chaque personne sur cette Terre a son entité propre, que nous sommes des morceaux du puzzle, et  sommes faits pour nous compléter les uns les autres. Juger les autres ou se juger soi-même, c’est une dépense d’énergie hallucinante et totalement inutile

Nous avons travaillé sur la compréhension de ce concept et sur l’importance d’y porter une attention toute particulière au vu des dommages internes et collatéraux que provoque l’attitude de jugement. J’ai expliqué à Agnès que tout ce temps qu’elle perdait à alimenter son autocritique c’était autant de temps de perdu à se construire, se nourrir, grandir et savoir qui elle était vraiment.

S’améliorer, apprendre, se construire oui ! Je fais prendre conscience à Agnès qu’elle est à elle toute seule un réservoir de ressources, de talents, de connaissance, de compétences ! Le problème c’est qu’elle ne s’y connecte pas !

Agnès a pris conscience que finalement elle ne savait pas vraiment qui elle était puisqu’elle était toujours focalisée sur les autres.

Elle n’a non plus aucune conscience de quels sont ses besoins. En fait, elle ne sait jamais réellement penchée sur elle…elle vit à côté d’elle.

Nous avons du travail avec Agnès, mais elle est brillante et pleine de ressources, comme toutes les femmes que j’accompagne, elles doivent juste se donner la permission d’être, pour ensuite avoir le luxe d’être Soi !

 

Pour se sentir plus en accord avec elle-même, la femme doit regarder en elle.

Trouver la liberté exige un travail sur soi, et il faut chercher les racines en explorant vos attitudes et le pourquoi de ces attitudes, vos valeurs et les croyances qui y sont rattachées.

Cela vous conduira à des aspects essentiels de vous-même que vous ignoriez encore.

Un phénomène remarquable se produit alors : votre énergie grandit, car vous ne vous épuisez plus à refouler les aspects de votre personnalité.

De ce fait l’énergie est disponible pour des entreprises plus positives.

Peu à peu,  moins inhibée, moins assaillie par la peur et l’anxiété, moins étouffée par le mépris de vous-même, vous pouvez vous laisser à la réussite !

Une évolution de qui vous êtes et de votre position sont essentielles à votre habileté de fonctionner librement dans le monde.

 


Je vous souhaite le meilleur,

Sylvie, pour Nouvelle Perspective,

Révélatrice de Valeurs et d’Identité.

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *