« J’ai pas envie de m’y mettre » !

LA PROCRASTINATION

 

« Les difficultés que ma santé, mon indécision, ma « procrastination », comme disait Saint-Loup, mettaient à réaliser n’importe quoi, m’avaient fait remettre de jour en jour, de mois en mois, d’année en année, l’éclaircissement de certains soupçons comme l’accomplissement de certains désirs. » Marcel Proust, A la recherche du Temps Perdu.

 

 

 

 

 

 

Mais qu’est-ce qui nous fait procrastiner ?

Procrastiner, du latin pro et crastinus qui signifie « demain » (tout est déjà dit !), est la tendance à remettre systématiquement au lendemain quelques actions.

Le retardataire chronique, appelé procrastinateur, ne parvient pas à se mettre dans l’action de faire ce qu’il doit, surtout quand l’action en question ne lui procurera aucune satisfaction immédiate.

Etre procrastineur ou procrastineuse ne signifie pas ne rien faire !

Au contraire le sujet peut déborder de frénésie et accomplir de multiples tâches, tant que celles-ci ne possèdent aucun rapport avec la tâche problématique !

Je suis bien certaine que vous avez fait le ménage à fond, plutôt qu’un exercice de gym imposé par votre kiné, que vous êtes allé au cinéma plutôt que de faire vos comptes, et que vous avez mangé tout le pot d’Haagen- Daz aux noix de pécan et caramel au beurre salé, en vous promettant « demain je m’y mets » ! (au régime !).

En fait la personne qui procrastine ne manque pas d’énergie, mais de volonté.

Elle trouve de l’énergie pour tout autre chose que ce à quoi elle devrait s’affairer.

 

 « Tout ce qui traine, draine »

Et oui, le fait d’avoir constamment à l’esprit cette tâche que vous essayez d’enfouir provoque un ronronnement toxique et consomme minutieusement votre énergie ; vous livrez bataille à votre « grand comité » (votre conscience)  provoquant un véritable conflit intérieur ! La lutte peut être épuisante….  Surtout qu’à terme, cette dépense énergétique va tôt faire de vous saper le moral et saboter votre estime de vous.

 

Qu’est-ce qui peut vous faire procrastiner ?

Souvent, c’est la peur ! Peur de mal faire, peur de dire, peur de découvrir des choses dont vous n’avez pas envie, peur de se faire peur…

Il est plus facile de mettre son focus sur les choses que l’on aime faire, sur les choses qui vont nous stimuler, les choses qui nous rendent confortables, plutôt que sur les choses qui vont nous demander des efforts et qui au final ne nous apporte aucun plaisir ; nous remettons aux calendes grecques ce que nous n’aimons pas faire, tout simplement ! au risque d’en payer parfois le prix fort.

Ce phénomène est principalement dû à un manque d’apprentissage de maîtrise de soi, de ses désirs, selon le rapport d’expériences menées par un psychologue américain.

Le problème ne repose donc pas sur la gestion du temps (oubliez cette excuse, il restait encore cette option, désolée elle n’est pas valable) mais sur le conflit qui se déroule dans notre cerveau.

Nous aurions du mal  à nous gérer nous-même….oups, c’est très désagréable tout ça…pas facile à entendre, je vous l’accorde !

Pour ma part, j’ai tendance à dire, que la procrastination est un manque d’amour de soi. Parce qu’en général, ce pourquoi on procrastine, est généralement ce qui pourrait nous apporter à terme du bien-être, du confort, et  indéniablement une plus grande estime de soi.  (se mettre au régime, faire du sport, téléphoner à ses amis, faire ses comptes…) 

 

ATTENTION, DANGER !

Remettre à demain, pour certains c’est temporaire, pour d’autres c’est une habitude. Mais une habitude, reste un choix ! sous couvert de l’excuse « oh, j’ai l’habitude, je fonctionne comme ça, et je ne m’en porte pas plus mal » – ce qui est faux – (pour ceux qui savent que le subconscient ne connaît pas les négations : je ne m’en porte pas plus mal , deviens je m’en porte mal, il est claire que cette façon de fonctionner à un prix !

 

 Et c’est un choix hors de prix : il vous ruine en énergie, en frustration, en temps !

Rappelez-vous que tous les actes que vous posez – ou que vous ne posez pas – aujourd’hui, construisent votre futur ; vos choix d’hier sont votre réalité d’aujourd’hui.

 

Si vous souffrez de procrastination récurrente, voici quelques questions qui guideront votre réflexion et qui je l’espère vous convaincront d’agir :

S’il vous plait faites l’inventaire de tout ce qui traine,

même ce que vous avez envie d’oublier, 

et demandez-vous véritablement  quelles sont  les véritables  raisons de les laisser trainer.

–       Quels sont les freins qui vous empêchent de passer à l’action ?

–       Quels sont les bénéfices que vous retirez de ce non passage à l’action?

–        Quelles peuvent être et quelles seront les conséquences de votre non passage à  l’acte,  si vous poursuivez dans cette voie ? (c’est à vous même que vous faites la réponse, répondez y clairement)

–       Est ce que cette tâche fait appel à vos forces ou à vos faiblesses ?

–       Qu’est ce qui pourrait faire que vous pourriez placer cette tâche dans la liste des premières choses à accomplir dès demain?

–       Avez-vous pensé au bien être sublime que vous ressentirez une fois cette tâche accomplie?

–       Quels sont les bénéfices, à part votre mieux être, qui découleront de votre devoir enfin accompli ?

–       Maintenant, fermez les yeux… respirez profondément, et imaginez qu’il n’y a plus rien qui traine ….Comment vous sentez-vous ?

Bien j’imagine !

Maintenant mettez vous en route en gardant à l’esprit le soulagement que vous venez de ressentir, et rappelez vous que vos actes construisent votre futur !

 

Et voici une courte vidéo, où je vous livre 3 autres clés pour vaincre la procrastination.

Et dites Adieu à cette mauvaise habitude 🙂

 

LIGER-TABARY, Nouvelle Perspective© copyright : si vous souhaitez partager cet article, je vous remercie de penser à y joindre ma signature complète.

 

 

 

 

Inscrivez-vous à ma newsletter et recevez encore plus d’informations ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *