12 conseils pour réveiller en douceur vos potentiels endormis et accéder à vos trésors intérieurs.

Bonjour à Vous,

En ce début de semaine, j’ai eu envie de m’arrêter sur un mot très utilisé dans le monde de l’entreprise, du sport et de l’éducation : c’est le mot : POTENTIEL

Lorsqu’on entend POTENTIEL,  on traduit ressources, capacités, performance, meilleurs résultats, sortie de zone de confort, travail acharné, réussite, mais aussi pour certains souffrance.
Le potentiel est l’ensemble des ressources, forces, capacités, dont quelqu’un, une collectivité, un pays peut disposer.
Chez un individu le potentiel correspond aux compétences dont il dispose mais qu’il a encore faiblement exploitées, voire pas du tout exploitées.

C’est lorsque des évènements – subis ou choisis – nous donnent l’opportunité d’exprimer nos potentiels qu’ils émergent, souvent malgré nous, et au-delà de ce qu’on aurait pu s’imaginer d’accomplir.

Un potentiel est une réserve « sous conditions ».
Souvent, nous ne connaissons pas nous-même notre grande réserve de potentiels. C’est face à l’action, face aux dangers, face aux défis, que nous allons puiser dans nos ressources, nos capacités et nos forces ces potentiels inexploités.
C’est aussi lorsqu’une personne nous fait confiance et nous permet de laisser émerger ces pépites qui sont en nous, que nos trésors peuvent être mis à jour.

Nos potentiels ce sont nos ressources exploitées ou inexploitées connues ou inconnues de nous.

 

Potentiels connus et exploités :
Bien se connaitre et avoir confiance en soi, nous permet d’utiliser nos ressources, forces et capacités tout au long de notre vie, et d’être à notre meilleur.

Potentiels connus et inexploités :
On peut avoir conscience de ses propres potentiels, mais ne pas avoir envie de les exploiter. On peut aussi avoir peur de les exploiter et les étouffer volontairement ou inconsciemment.

Potentiels inconnus et inexploités :
Je pense que la profonde connaissance de soi est une illusion. Cependant, nous sommes nombreux à fonctionner en mode automatique et à simplement agir avec ce que nous connaissons de nous, sans chercher plus loin.
Ce qu’on appelle notre zone de confort.

Il suffit d’un évènement imprévu, d’une situation critique, d’un défi à relever, pour qu’inconsciemment nous actionnions une zone inexploitée voire inconnue de nous-même.
Nous nous branchons alors sur notre « réserve » – de potentiels.
Dans certaines situations les ressources dont nous avons conscience ne nous suffissent  pas. Il nous faut aller puiser en nous des forces, des capacités, des ressources pour passer un cap qui nous demandent d’être plus grandes que nous ne l’avons jamais été.
Nous expérimentons alors l’inconnu, nous sortons de notre fameuse zone de confort, pour émerger plus fortes encore.

C’est souvent lorsque nous n’avons pas le choix que nous trouvons le moyen d’accéder à notre source de potentiels.

 

Ne pas attendre pour exploiter ses potentiels :

Aller chercher volontairement au fond de soi ce dont on est potentiellement capable fait peur à beaucoup d’entre nous.
Notre ronron quotidien est confortable et nous « en faisons déjà assez comme ça! ».

Aller chercher ses potentiels demande à « aller voir ce qu’on a dans le ventre » et ça, c’est pas très engageant.
On sait que ça va demander des efforts, de l’engagement, du temps, on sait aussi que si ça fait peur, ça peut aussi faire un peu mal parfois.

Certains choisissent définitivement le ronron. D’autres hésitent. Certains en font leur sport quotidien et en deviennent épuisant. Finalement chacun à le choix. C’est à nous de choisir.

Mais une chose est certaine : c’est que des milliers de potentialités sommeillent en nous et qu’il faut parfois juste un petit souffle  pour les faire scintiller.
Débrider ses potentiels :
Vous savez certains jeunes qui possèdent un scooter « débrident » le moteur de leur engin pour qu’il aille plus vite. Ils modifient certaines pièces du moteur pour booster sa performance.
Beaucoup trop de « moteurs » tournent en sous-régime !
Aussi, si vous avez besoin ou envie, de passer à la vitesse supérieure, voici quelques astuces.

12 conseils pour réveiller en douceur vos potentiels endormis et accéder à vos trésors intérieurs.

1 – Prenez des risques et acceptez des missions qui vous font un peu peur. Ces opportunités seront l’occasion de développer de nouvelles compétences, de vous challenger, de montrer de quoi vous êtes capable.Ne réfléchissez pas trop, vous ne verriez que des risques. Si on vous le propose c’est que quelqu’un pense que vous êtes à la hauteur.

2 – Soyez en apprentissage constant. Lisez, écoutez des conférences, reprenez des cours, informez-vous, nourrissez votre cerveau, donnez lui de la bonne information.

3 – Visualisez-vous sereinement dans de nouvelles situations qui vous font un peu peur. Habituez vous à ce nouveau contexte. il a été scientifiquement prouvé que notre cerveau ne fait pas la différence entre ce que vous voyez en imagination et une situation existante.

4 – Répétez-vous que vous êtes capable de..
5 – Montrez-vous toujours optimiste et enthousiaste.`

6 – Testez régulièrement quelque chose de nouveau – donnez l’information à votre cerveau que vous avez envie de nouveau et que vous êtes capable d’encore plus.(testez un maximum de choses nouvelles dans tous les domaines de votre vie – vous allez faire faire de la gym à votre cerveau, plus vous lui donnerez de nouvelles choses à expérimenter, plus il en sera gourmand).
7 – Acceptez d’être imparfaite.
8 – Cessez de vous trouver des excuses pour ne pas vous mettre en route (vous comparer à quelqu’un de plus diplômé, de plus vieux, de plus jeune, de plus riche, de plus expérimenté, de plus…).
9 – Ayez la ferme certitude que rien n’est jouer. L’avenir est une page blanche, il n’y a rien d’autre que ce qu’on projette dessus.
10 – Découvrir et exploiter ses potentiels, c’est aussi ressentir un sentiment d’accomplissement, acceptez votre zone d’inconfort temporaire pour aller vers votre accomplissement personnel et professionnel.
11 – Ayez de l’ambition : Cessez de vous voir « petite » . Voir grand c’est essentiel pour arriver à des résultats extraordinaires.
12 – Imaginez que quelqu’un décide de vos limites, il vous annonce la limite de ce que vous pourrez accomplir. Et si c’était à vous de choisir cette limite, que préfériez-vous ? Une limite basse ou haute ?

 

Merci d’avoir lu cet article jusqu’au bout, n’hésitez pas à laisser vos commentaires ou questions auxquelles je répondrais avec plaisir.

 

Envie d’aller plus loin ?
Réservez votre séance découverte gratuite.

 

Passionnément Entrepreneuse,

Sylvie